luminotherapie tas

La luminothérapie pour venir à bout du Trouble Affectif Saisonnier (TAS)

Le trouble affectif saisonnier (TAS) est un sous-ensemble de troubles de l’humeur dans lequel des individus bien-portants pendant la majeure partie de l’année présentent des symptômes dépressifs à la même période, le plus souvent en hiver. Les symptômes les plus courants sont le sommeil excessif (ou hypersomnie), le manque d’énergie et la suralimentation. L’OMS classifie le TAS dans la case des « troubles courants » depuis quelques années. Il est intéressant de noter qu’il touche jusqu’à 10 fois plus les individus qui vivent dans des régions peu ensoleillées. Par exemple, 10 % des habitants de l’Alaska en souffrent.

La luminothérapie sera votre meilleure alliée pour venir à bout du TAS.

La luminothérapie pour retrouver un rythme circadien physiologique

Si le manque de lumière du soleil provoque ou contribue au trouble affectif saisonnier, il est légitime de tenter de se soigner en s’exposant au soleil. Mais comment faire si ce dernier se fait rare ? Quelle approche adopter si vous travaillez dans un bureau peu ensoleillé ? Et quid des professionnels qui travaillent de nuit et qui dorment, par définition, le jour ? C’est ici qu’intervient la luminothérapie, qui fait référence à un ensemble de techniques destinés à s’exposer à une lumière artificielle qui imite néanmoins le spectre du soleil.

La lumière vive agit en stimulant les cellules de la rétine qui se connectent à l’hypothalamus, une partie du cerveau qui aide à contrôler les rythmes circadiens (cycle veille – sommeil, notamment, mais aussi la stabilité de l’humeur). L’activation de l’hypothalamus à une certaine heure, chaque jour, peut rétablir un rythme circadien normal et ainsi chasser les symptômes saisonniers du TAS comme l’hypersomnie, le manque d’énergie et l’irritabilité.

La luminothérapie consiste à s’asseoir devant une lampe de lumino therapie émettant environ 10 000 lux (le lux étant la mesure de l’intensité lumineuse) pendant une trentaine de minutes par jour, en respectant les mesures de précaution du fabricant. Cette intensité est 20 à 100 fois supérieure à celle de l’éclairage intérieur habituel. Vous devez avoir les yeux (grand) ouverts, mais vous devez éviter de regarder la source de lumière frontalement. Pensez plutôt à votre lampe de luminothérapie comme un éclairage de second plan, que vous disposerez en biais (45°), que vous allumerez pendant que vous lisez le journal, que vous triez vos mails ou que vous mangez.

Les précautions à prendre pour bénéficier de l’apport de la luminothérapie

Bien que la luminothérapie soit au moins aussi efficace que les antidépresseurs pour traiter les troubles affectifs saisonniers, elle reste encore trop peu connue dans l’Hexagone. Il faut toutefois prendre certaines précautions, car certains profils ne sont pas compatibles avec cette thérapie. Il faut savoir que certaines pathologies interdisent l’exposition à la lumière vive. C’est notamment le cas des personnes souffrant de troubles bipolaires (risque d’hypomanie ou de manie).

Et même si le risque de lésions oculaires dues à la lumière vive est faible, toute personne souffrant de diabète (qui peut endommager la rétine) ou d’une maladie oculaire préexistante doit consulter son médecin avant de se lancer.

Au-delà des lampes qui se contentent d’émettre une lumière imitant celle du soleil, les laboratoires de R&D des marques leaders sur le marché, en partenariat avec des médecins et des professionnels de santé, ont mis au point des simulateurs d’aube et de lever du soleil, avec un spectre lumineux qui va de l’obscurité à 300 lux.

D’autres innovations mettent en avant une lumière bleue de moindre intensité, qui aurait un effet plus puissant sur la rétine que la lumière blanche.

Aujourd’hui, de plus en plus de médecins préconisent d’abord la luminothérapie en traitement de première intention avant d’envisager la prise d’antidépresseurs. Les principaux critères de choix d’une lampe de luminothérapie sont l’intensité lumineuse en lux à distance raisonnable, la longueur d’onde proposée et le prix. De facto, toutes les lampes de luminothérapie commercialisées dans l’UE filtrent efficacement les UV. Favorisez les marques qui équipent les hôpitaux, les cliniques et les centres de recherche scientifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *