anti crise d'angoisse

3 étapes clefs pour combattre les crises d’angoisse et les combattre

On le sait : une crise d’angoisse, c’est soudain, violent et parfois très impressionnant. 5% de la population française serait touchée par ces instants aussi appelés « crises de panique ».

Pour celui ou celle qui traverse cette crise comme pour ses proches autour de lui, il paraît difficile de contenir ce trop-plein d’émotions et de vraiment lutter face à ce qui ressemble à un torrent. Pourtant, quelques gestes ou réflexes simples peuvent vous aider à sortir de cet état de surchauffe.

Comprendre votre angoisse pour la combattre

« Crise d’angoisse » n’est pas synonyme de peur ou de phobie, mais plutôt d’une anxiété profonde, un danger imminent qui influence votre psychique puis votre corps. Si la crise d’angoisse n’est pas véritablement à risque pour votre santé, la répétition des crises peut avoir un impact sur le long terme. Il s’agit donc, au moins dans un premier temps, d’apprivoiser votre angoisse.

Dans la plupart des cas, les crises surviennent soudainement, aussi il est préférable d’être préparé. « Entrer en contact » avec votre angoisse nécessite donc de prendre du recul sur vos symptôme et sur les conditions dans lesquelles surviennent les crises. S’interroger sur le contexte vous aidera à identifier des déclencheurs, des schémas à risque, et d’aborder votre angoisse non plus comme une vague, mais comme une suite de dominos qui tombent les uns après les autres.

Qu’est-ce qui vous fait du bien ?

Une fois le contexte et l’angoisse minutieusement décortiqués, vous êtes bien plus armé(e) à recevoir la prochaine « vague » d’angoisse. Et lorsque les digues céderont et que vous vous sentirez submergé par vos émotions, il ne s’agira pas de vouloir résister, mais plutôt de contrer votre angoisse. A vouloir absolument se barricader face à la crise, on finit par vivre seulement par et pour elle. Pensez au contraire aux choses qui peuvent vous faire du bien. Ainsi que le note le blog spécialisé Bonjour l’Angoisse, il faut préparer un véritable plan d’action.

Si le yoga est souvent préconisé, tout comme la méditation, ces pratiques ne conviennent pas à tous les patients. Avez-vous déjà essayé des exercices simples de respiration, ou encore des huiles essentielles ? Notez les principaux symptômes qui surviennent lors de vos crises, et tentez de trouver des parades à la fois douces et efficaces. Par exemple, le sentiment d’étouffement peut être « lissé » grâce à une respiration ventrale éprouvée ; certaines odeurs ou matières permettent de créer une atmosphère sereine, et évitent de succomber à la claustrophobie ou dans le désestime de soi. Pensez aussi aux fleurs de Bach et à leurs effets apaisants, qui peuvent être des alliés précieux.

Un journal de bord pour noter votre évolution

Parce que vous ne pourrez vaincre vos crises d’angoisse en quelques semaines, il est important de comprendre que le cheminement est long, et semé d’embûches. Votre progression ne sera pas linéaire, et il faudra marcher pas à pas vers une fin totale de vos crises. Dans ce contexte, tenir un journal de bord vous permettra de prendre du recul sur vos crises de panique comme sur vos progrès, mais aussi de mesurer le chemin parcouru.

Selon plusieurs études scientifiques, le recours à l’écriture est d’ailleurs tout à fait bénéfique pour notre santé mentale et physique. Récemment, une étude de l’Université de Montréal sur l’autobiographie a avancé que « l’écriture du soi » permettrait une désinhibition individuelle et permettrait de lutter contre l’apparition de la dépression. 20 minutes d’écriture par jour suffiraient pour alléger certaines de nos peines, et voir son optimisme augmenter. Il faut dire qu’écrire permet aussi d’être plus attentif à ses émotions comme à ses peines, ce qui est fort intéressant lorsque l’on tente de se libérer d’un trop-plein matérialisé caractérisé par la crise d’angoisse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *